Toujours à propos de "signes" comme "clins-Dieu". (Ça me fait gamberger cette histoire !)

Dans le livre Jade et les sacrés mystères de la vie de François Garagnon, la jeune héroïne, très perspicace, nous explique comment reconnaître ces clins Dieu :

«  Évidemment, le problème, quand on cherche à percer les mystères de la vie, c’est de ne pas se tromper de signe. Avec un peu d’habitude, c’est assez simple, parce qu’il y a des clins-Dieu partout.
D’abord, Dieu, on le trouve partout où il y a de la lumière.

La lumière est invisible, vous êtes d’accord ; ce qu’on voit ce sont les choses éclairées. Eh bien Dieu c’est pareil : il est invisible ; ce qu’on voit, ce sont les choses qu’Il éclaire.»

Donc, pour moi, les signes que ce sera un Signe seront dans les choses qu'Il éclaire... et, et... dans les "fruits" que cela porte. Appelés aussi "fruits du Saint Esprit"  (3ème personne de la Trinité ou encore, Amour fou du Père pour le Fils et vice versa ... souvent représentée sous la forme d'une colombe comme dans le vitrail du maître autel au Vatican) 

   

 Et ces fruits sont : « charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance en soi, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi » (Epitre de St Paul aux Galates, 5,22)

 

En gros ça donne un peu cette tête là :

ou celle-là :Mars_2004_Versailles_L'Ermitage_001

 

 

 

 

Sinon, c'est pas un "signe" !

« Nous te rendons grâce, Seigneur, pour tous les signes de ta présence, des guérisons les plus spectaculaires aux plus intimes de nos résurrections… »

Saint Bernard