A partir de maintenant, et au gré des pages qui vont suivre, je suppose, (me connaissant ) que je vais demander des "signes" à mon mari, au Seigneur, au "Ciel" qui laisseront d'aucuns dubitatifs ou pantois. Qu'importe !

Je  m'efforcerai, en toutes circonstances, de les écrire au plus près de ce que j'ai perçu. De ce que mes enfants ou nos amis m'auront rapporté.

Tel cet ami médecin qui m'a déclaré :

- "Sache que ton mari bosse toujours, là où il est. J'ai reçu une patiente que je connais bien. Elle venait m'annoncer qu'elle allait avorter. J'étais totalement démuni. Comment te dire, à un moment j'ai "senti" que Jean-Marc était là. Dans mon cabinet. Qu'il m'aidait peut-être à écouter, à trouver les mots. Je ne sais pas... Juste sa présence bienveillante... tu comprends ce que je veux dire ?"

Oui. Je comprends surtout que ça faisait bien un quart d'heure que je n'avais pas pleuré ! Alors je lui dis que je comprends...

Au moment de raccrocher, il se reprend :

- Ah, en fait si je t'appelle pour te dire ça, c'est que ma patiente est revenue aujourd'hui. Bon, ben, elle est radieuse. Elle garde son bébé finalement. Allez. Salut !

Allez. Salut ! Ce s'rait pour une grosse livraison de kleenex s'il vous plait !