Je t'ai montré le chemin d'Ars... tu me montres le chemin du Ciel!

12 décembre 2013

Sure que la Vierge Marie est dans ce coup là !

Pour fêter Notre Dame de Guadalupe, un p'tit dèj chez une amie et collaboratrice de Mère de Miséricorde, qui dit mieux ?

Nous nous retrouvons à la messe puis, en papotant tranquillement en compagnie de sa fille, nous arrivons à leur appartement.

Délicieux croissants et gâteau au chocolat m'attendent. Je déguste et réjouis mes papilles en sirotant mon darjeling.

Le temps de prier la "Neuvaine au St Esprit pré-Conseil Général" de M de M, qui aura lieu dans huit jours, nous voilà discutant et réfléchissant, nous écoutant avec attention pour tenter de discerner ce que le Bon Dieu serait susceptible de nous souffler comme géniâââle intuition.

Nous en venons à parler de Jean-Marc et je tente à plusieurs reprises de redire ce qu'il portait, lui,  comme intuition (ou certitude), en commençant quelques phrases par : "Je le prends à témoin" ou "je ne voudrais pas trahir sa pensée"... car j'ai, depuis sa mort, le sentiment profond qu'il n'a aucun accès à mes pensées, mais totalement accès à TOUT ce que je dis. Je le sens présent dans son absence. Mais est-il là dans la communion des saints ? Ou pas ? Marco, es-tu là ?

L'oeil de l'époux était dans la tombe et regardait Bibine ? Ou pas ? Va savoir. C'est énervant de ne pas savoir. En tous cas, moi, ça m'énerve ! Na !

Midi sonne et je quitte la compagnie. Après un coup d'ascenseur je me retrouve dans le hall de l'immeuble pétrifiée par le froid.

- "La barbe, j'ai oublié mon manteau là-haut ! Faut r'monter ! A quel étage ? J'ai même pas r'gardé tout à l'heure. Gourdasse. Allez, va pour le 1er. Je fonce dans le couloir. Ah, non, c'est pas là, y a des trottinettes devant la porte. Je me retape l'ascenseur. Tente le second. Vertuchou ! C'est pas là non plus, encore des trottinettes. Allez, bon pour le 3ème : ah, c'est p'têtre là, pas d'engin dans les pattes."

Je veux être sure avant de sonner. Je me penche sur la plaque, espérant y voir leur nom de famille... je me penche encore un peu, un peu plus et là : déflagration dans le coeur : 333 ! Ils habitent au 333 !

Je m'en ficherais  du 333 si ça n'était pas un des "signes" que je demandais à Marco deux jours avant sa mort ! Et auquel il répondait, goguenard : Trop facile ! C'était un p'tit signe trop facile ?  Mais sans le coup du manteau oublié (en plein hiver, il faut le faire !)  je passais à côté ! Sans rien voir ! "Eh, ça sert à quoi que Poupou il se décarcasse, si tu ne vois rien !" ai-je le sentiment d'entendre.

Je raconte tout à notre amie qui, ravie, assure qu'elle ne regardera plus sa plaque de numéro de la même manière. Trop fort !

 J'ai le sentiment que Notre Dame de Guadalupe s'est mise dans le coup et gentiment l'a fait craquer en exauçant une de MES demandes. A moi, sa petite femme de rien du tout.

Alors, dans mon coeur qui jubile, résonne : "Ce que femme veut, Dieu le veut !"

Surtout si c'est la Bonne Mère !

Et c'est reparti pour des " Merci, merci, merci !" qui n'en finissent plus.

 

Posté par jmspoupou à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 décembre 2013

Bon, ben moi : RIEN !

Un mail de sa soeur ainée  le lendemain :

" Bon, Ben moi: RIEN
Même pas une paire de pompes à 172 €, que je me serais évidemment grouillée d'acquérir..."
Je m'empresse alors de lui répondre qu'il vaut mieux, avec son Mc Poujade de père, reluquer les pompes à 17.50 € si elle veut une intervention de sa part !
- 172 € ! Il doit éructer ! "Des pompes à c'prix là ! Pas prêt de se manifester... ça pourrait l'encourager ! Non mais !"

Posté par jmspoupou à 22:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2013

Un truc de ouf !

 

Gros dodo pour moi, dans la nuit du 6 au 7 décembre. J'ai mis du temps à m'endormir. Mais je dors !

"Dzouip, dong" swing l'Iphone de Marco posé à deux mètres de ma table de nuit. Zut, le message d'un insomniaque qui a encore son portable greffé à la main ! Je dors, moi !

"Dzouip, dong" re-swingue-t'il cinq secondes plus tard. Zut de super zut !

Puis je bondis : et s'il était arrivé quelque chose aux enfants, petits enfants... le coeur en panique, je farfouille et tâtonne, fais tomber mes lunettes, bondis sur la bête et les yeux plissés, je lis incrédule, inscrit dans une petite bulle grise :

"Jai recut un 172 du ciel! Tu dors ?"  Je me fiche de la faute d'orthographe, plus grosse que moi ! Je continue ma lecture : "Truc de ouf. Bah jte raconterai demain!! bizzzz bonne nuit mamoune chou !"

Comment ça, elle me racontera demain !

Saperlipopette, je suis réveillée et comme un sang de puce, j'allume la lumière, me jette sur mes lunettes, et tape aussi vite que possible :

- "Je ne dorsUn 172 du Ciel plus !" (Sans blague ?!)

Puis plus vite encore : " Je tapl ?" qui, corrigé automatiquement par mon engin devient : "Je t'aplatir ?" Rrrrhahhh ! J'enrâââgeuh !

Je retape : "Je t'apl ?" tout en empêchant la correction automatique... tu parles d'un gain de temps !

La réponse ne se fait pas attendre. Non seulement elle me réveille en pleine nuit mais elle se fiche de ma pomme, en plus :

- "Tu m'aplatir ??  Mais t'es foolle. Tu peux m'appeler par contre."

Et comment que je peux l'appeler ! Je vais me gêner :

- Allô ! raconte !

- Incroyable, mamoune, je ne sais pas ce qui m'a pris mais...  je viens de découvrir que j'ai une fonction dans mon téléphone qui me permet de compter le nombre de fois où un mot est écrit dans mes messages. Tu piges ?Message_172

Oui je pige que ce gadget est sans intérêt.

- Et alors ?

- Alors, tout à l'heure (à 00h35... elle cherche des gadgets dans son téléphone !!! Grrrrhhh !), je me suis amusée à regarder combien de fois était marqué le mot : "papa" ! Et tu sais quoi ? Tu sais quoi ?  Maman, c'est un truc de ouf, le mot papa, il... il est marqué... ce soir... 172 fois! Je te promets. C'est ouf, non ?!

Et nous sanglotons de concert. Je répète que "oui c'est ouf que c'est pas possible quoi tu es sûre mais c'est quoi ce gadget mais comment tu as eu l'idée mais c'est dingue mais tu es sûre et certaine alors ça veut dire que c'est un signe que le Seigneur permet ou bien que tu crois que c'est un signe toi aussi mais oui c'est sur il nous dit qu'il est arrivé oui il n'est pas seulement parti il est arrivé et toi quel effet ça te  fait c'est absolument fou !"

Je suis maintenant dressée sur mes oreillers, la tignasse en pétard et les lunettes de traviolle. J'exulte, lève les bras au ciel, complètement exaltée. J'ai la même à l'autre bout du fil... il doit bien rigoler là-haut... et surtout j'ai le sentiment qu'il n'est pas si là-haut que ça. C'est trop bon, trop fou.

Après maintes effusions de tendresse où elle me déclare "qu'elle est super heureuse, que ça lui donne une super pêche de ouf complètement dingue que j'imagine même pas et qu'avec ça elle est pas près de s'endormir !" nous nous quittons.

Et moi ? Me rendormir ?

Oui ! Impec ! Vers 3 h... après deux heures de bafouillages, bredouillages :

- Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, rrrhhh rrrrrhhh

Posté par jmspoupou à 22:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 décembre 2013

Just a cup of tea

Je bosse mollement en rangeant mon ordinateur.

J'ai du mal à me concentrer. Je repense à ce qui est arrivé à Mathu et me dis que je dois le mettre dans le blog. Ce qui me pose la question de continuer le blog.

Tout cela me donne envie de me désaltérer d'une tasse d'Earl Grey.

Je réfléchis devant ma bouilloire en ébullition : quel titre mettre, comment le raconter au plus près des mots de l'enfant... Je cogite, retourne les mots dans ma tête, change de titre...

Puis lève les yeux sur le réveil du micro-ondes : 17.20 h !!!

Je fonds en larmes. Et sens une présence, comme si devenait palpable, un firmament qui envahirait la cuisine ! L'espace est comblé d'une onction de bien être et d'amour.

Pauvres mots qui voudraient définir l'indéfinissable !

Un mot pourtant, au dessus des autres : bonheur !

Posté par jmspoupou à 00:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Merci d'avoir révélé cela aux tous petits !

Juste avant l'inhumation dans le joli cimetière Corrézien, on me dit que Mathurin a quelque chose à me dire (de la part de bon papa !)

Je m'empresse de rejoindre mon petit fils de 10 ans. "Alors, tu as quelque chose à me dire ?"

- "Oui, Mathy. Hier je jouais avec Edgar et l'agenda de 2009 qu'il adore et que bon papa lui avait donné. Mes yeux se sont posés sur le 173ème jour de l'année. Et puis mes yeux sont remontés sur le 172ème jour... et tu sais ce que c'était cette année là ? Le 172ème jour... c'était la FÊTE DES  PÈRES ! Alors ça m'a fait tout drôle que le chiffre de bon papa soit la fête des pères et que je tombe dessus ! Qu'est-ce que t'en penses, toi ?"

Mathy elle ne pense plus. Mathy elle pleure. Mathy elle dit merci. A qui ? A quoi ? Merci, merci Seigneur que ce soit ce petit garçon, si attaché à son grand père, qui reçoive ce joli signe.

Merci !

Posté par jmspoupou à 00:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]



01 décembre 2013

Un nombre en or !

Texte écrit et posté après le 28 novembre, mais la scène s'est déroulée le 24 Novembre

 

Installés dans le salon transformé en chambre d'hôpital, nous tenons compagnie à Marco qui s'assoupit beaucoup, souffre un peu (il prend sa position antalgique bien connue maintenant en recroquevillant ses jambes vers le bassin).

Dans ses moments d'éveil nous lui parlons. Notre dernière fille, en face de moi de l'autre côté du lit, est très attentive au moindre signe de douleur. Elle veille.

Je ne sais plus comment j'en viens à parler de ce que l'on vit au Ciel et à lui demander s'il serait d'accord pour nous faire un petit signe de là-haut pour nous dire qu'il est "bien arrivé" et qu'il intercède pour nous.

Il sourit. Glisse un oeil de côté et murmure tout simplement : "Tu penses à quoi comme signe ?" Éberluée de cette question toute simple alors que je l'attendais sur ses grands chevaux du genre : "Toi avec tes idées tordues..." Rien de tout cela.

Du coup, je fonce : "Tu nous a tellement parlé de l'Espérance, de l'ancrage dans l'Espérance que tu pourrais faire traîner des ancres par ci, par là. Chez Leclerc, sur un quai de métro, chez Mac Do..."

Son oeil glisse à nouveau vers mon côté et péremptoire, en fronçant le nez, il assène : "Trop facile !"

Une ancre sur un quai de gare... j'trouve pas ça trop facile... m'enfin, s'il le dit !

Je propose illico : "Le chiffre 3, la trinité. Ou plusieurs fois 3 : tu nous réveilles à 3.33 h en pleine nuit, on fait un chèque de 333.00 euros (ici, Mac Poujade s'entruche et tousse !), je veux dire de 33.30 euros..."

Le couperet retombe : "Trop facile !"

Et là, c'est lui qui a une idée : "Ma taille !"

- "Quoi, ta taille ?"

- "Ma taille ! Je vous ferai un signe avec ma taille : 1.97 m !" Nous rigolons en douce tous les trois... son vieux complexe ressort en ces minutes. Ne faisant qu'1.72 m, je l'ai entendu dire à tous les médecins : 1.72 et demi, docteur !

- " Tu veux dire que si nous voyons ces trois chiffres : 1.7.2. ce sera un signe de ta part ? Tu es certain que tu veux ça ?"

- "Oui, c'est ça !" murmure-t-il avant de re-pencher la tête, épuisé. Vite endormi.

Je pense personnellement, que c'est n'importe quoi et qu'on peut, en toute logique, espérer une belle dentition aux gallinacés avant d'avoir un signe de sa part !

Je m'atriste intérieurement. Mais sauf contre ordre, ce n'est pas moi qui pars au Ciel la première, donc je m'incline... peut être est-il inspiré ?

 

Posté par jmspoupou à 21:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2013

A Dieu !

Les enfants et moi sommes absolument bouleversés par les très nombreux messages que nous recevons depuis ces derniers jours et vous remercions de tout coeur.

La messe d'A Dieu sera célébrée le lundi 2 décembre, à 10 h 30, en l'église Saint Clodoald de Saint Cloud, (Hauts de Seine) 19 place Charles de Gaulle.

L'inhumation aura lieu à Végennes (Corrèze) dans l'intimité familiale.

Suivant les volontés de Jean-Marc, nous demandons que ne soient envoyées ni fleurs, ni couronnes.

Ceux qui le désirent peuvent les remplacer par des messes ou des dons au profit de "Mère de Miséricorde".

 

"Celui qui pratique la miséricorde ne craint pas la mort !" disait le Pape François dans son homélie de mercredi dernier.

 

 

Posté par jmspoupou à 16:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 novembre 2013

Entrée dans la Vie

A 10 heures, ce matin, après une nuit paisible, Jean-Marc est parti vers la Maison du Père.

Merci pour vos prières, votre soutien amical, vos pensées fraternelles qui nous ont portés pendant toutes ces semaines.

En communion de pensée et en union de prière pour ceux qui ont la foi.

A bientôt.

Posté par jmspoupou à 13:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 novembre 2013

Une étape déterminante

Nuit difficile avec une pique d'angoisse à cinq heures où je dois l'empécher de sortir de son lit.

Ce matin après mure réflexion et demande de conseils à notre médecin traitant, nous prenons la décision d'adjoindre un sédatif à la morphine. Nous privilégions son confort à la relation entretenue avec lui jusqu'alors.

Finis les mots. Finis les regards échangés. Les sourires et les pressions de main de sa part. Place à la quête de signes plus ou moins clairs. Place à du nouveau. Totalement inconnu de chacun de nous.

Une fois la pompe à perfusion branchée, nous le voyons encore une demie heure réagir à nos caresses et autre gant frais passés sur le visage. Puis, plus aucune réaction. Rien... rien qu'une respiration hachée et bruyante qui nous arrache les tripes malgré le calme total qui envahit mon mari. Un petit cri de temps en temps vient ponctuer cet endormissement provoqué.

Nous prenons conscience brutalement, notre fille et moi, qu'une étape décisive a été franchie. Nous assistons en quelques minutes à une entrée en agonie. Au milieu de nos sanglots nous continuons les douceurs et les caresses du toucher. Echanges de regards chavirés par dessus le corps qui ne souffre plus et qui se détend totalement.

Les heures qui suivent seront consacrées aux démarches fort complexes et à la coordination entre l'hopital, l'unité d'HAD et celle de soins paliatifs. Un doux mélange de professionnels remarquables et d'administratif défaillant.

Que d'énergie à dépenser pour accompagner quelqu'un qui veut aller jusqu'au bout naturel de sa vie...

Dieu, que d'énergie !

Posté par jmspoupou à 23:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 novembre 2013

Les derniers pas

Ce soir, je crois pouvoir dire que je l'ai vu faire ses derniers pas.

Il y a quelques minutes, aidé de son fils, il a voulu que je l'accompagne aux "pip's room", en traînant tous ses branchements devant ou derrière lui. Au milieu du couloir, en s'écriant "Je dois m'asseoir !", il s'est écroulé dans les bras de celui dont il a guidé les premiers pas.

La morphine est trop forte depuis ce soir, pour qu'il garde quelque indépendance ou mobilité que ce soit.

Mais la nuit dernière et cette journée ont été trop douloureuses pour qu'on ne demande pas au médecin spécialiste de la douleur de "faire quelque chose". D'autant plus que, pour la première fois, Jean-Marc m'a demandé cet après-midi, au plus fort d'une crise de souffrance : "Sabine, tu sais quand je vais mourir ?" (Il a depuis quelques jours l'impression que je serais dans les secrets des dieux, détentrice de confidences qui lui échapperaient...)

A ma réponse : "Non, Marco, je ne sais pas. Je n'en ai aucune idée, je te le promets." Il a rétorqué dans un souffle infiniment las : "Je n'en peux plus... je n'en peux plus..." avec le visage chiffonné de fatigue douloureuse.

Je publie tout de suite ce mot avant d'aller, à minuit, brancher la perf de 'Perfalgan', censée optimiser l'effet de la morphine.

Merci pour vos prières.

Posté par jmspoupou à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »